vendredi 16 août 2019

Pierre Daco - Psychologie et liberté intérieure

    Une quantité considérable de personnes souffrent aujourd’hui de comportements dits « dépressifs » ; la dépression les effleure sans se déclarer. Mais parfois, on plonge. La tension entre ce qu’on est profondément et ce qu’on est obligé de paraitre se réduit brutalement. L’organisme fait jouer les vannes de sécurité. Au lieu d’exploser, le condensateur surchargé s’effondre. On s’abîme alors dans la dépression comme certains s’abîment dans la passion de l’amour. N’y aurait-il pas là un rapport... [Lire la suite]

samedi 8 juin 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    C’est à l’heure mystérieuse du midi de la vie que la parabole se retourne et que se produit la naissance de la mort. Dans sa deuxième moitié, la vie n’est pas montée, déploiement, multiplication, débordement ; elle est mort, car son but, c’est la fin. Ne pas vouloir l’apogée de la vie et ne pas vouloir sa fin, c’est la même chose. L’un et l’autre signifie ne pas vouloir vivre. Le devenir et le disparaître forment une même courbe. La trajectoire du projectile se termine au but ; de même, la vie se termine à... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 8 juin 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    Il n’y a pas de lumière sans ombre ni de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Cela comporte « l’écharde dans la chair », l’expérience douloureuse des imperfections, sans laquelle il n’y a ni progression, ni ascension. Seule l’interférence de l’espace et du temps dans l’ici et maintenant crée de la réalité. La totalité se réalise que dans l’instant, dans ce moment, que Faust chercha sa vie durant. Chaque vie est en... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 13 avril 2019

C.G. Jung – L'âme et la mort

    Le sol nourricier de l’âme, c’est la vie naturelle. Celui qui n’en tient pas compte reste en suspens et se fige. C’est pourquoi tant d’hommes d’âge mûr deviennent rigides ; ils regardent en arrière et s’accrochent au passé avec, dans le cœur, une secrète angoisse de mourir. Ils se dérobent au processus de la vie, du moins psychologiquement, semblables à des statues de sel du souvenir, se rappelant vivement le temps de leur jeunesse, sans pouvoir établir quelque relation vivante avec le présent. A partir du... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 18:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 28 décembre 2018

Marie-Louise Von Franz – Les mythes de création

    Toute hypothèse scientifique est un instrument qui sert à élargir le champ de la conscience, mais qui, au bout d’un certain temps, en limite l’évolution future. La notion d’espace tridimensionnel, par exemple, a très efficacement servi les débuts de la mécanique et de la géométrie. L’hypothèse était que l’espace avait trois dimensions, tout devait donc être construit géométriquement selon ces trois dimensions. Cette hypothèse fournissait un modèle, une grille, pourrait-on dire, extrêmement utile, permettant de... [Lire la suite]
samedi 10 novembre 2018

C.G. Jung – Introduction à la psychologie jungienne

  Les couples d’opposés ont été au centre de la pensée des hommes depuis des temps immémoriaux. A ce propos, le grand philosophe que nous avons à considérer maintenant est Héraclite. Sa philosophie est étrangement chinoise, et il est le seul occidental qui ait vraiment compris l’Orient. Si le monde occidental avait suivi son exemple, nous ne serions pas chrétiens mais chinois dans notre vision du monde. On peut dire d’Héraclite qu’il est celui qui fait le lien entre l’Orient et l’Occident. Après lui, dans l’histoire, c’est... [Lire la suite]

jeudi 25 octobre 2018

C.G. Jung – Psychologie du transfert

Un archétype représente un événement typique. Comme nous l’avons vu, il se produit dans la conjonction une union de deux figures, dont l’une représente le principe du jour, le conscient lumineux, et l’autre une lumière nocturne, c’est-à-dire l’inconscient. Ce dernier est toujours projeté, car il ne peut être observé directement, puisque, contrairement à l’ombre, il n’appartient pas au moi, mais il est collectif. Pour cette raison, on le ressent comme étranger et on le suppose en la possession de l’être humain avec qui existe un... [Lire la suite]
dimanche 9 septembre 2018

C.G. Jung – Ma vie

    On ne peut pas séparer de l’idée d’une réincarnation l’idée du karma. La question décisive est de savoir si le karma d’un être humain est ou non personnel. Si la destinée préétablie avec laquelle un être humain entre dans la vie est le résultat des actions et des accomplissements des vies antérieures, il existe une continuité personnelle. Dans l’autre cas, un karma se trouve en quelque sorte saisi lors de la naissance, il s’incorpore à nouveau sans qu’il y ait une continuité personnelle. Par deux fois ses disciples... [Lire la suite]
mardi 6 mars 2018

Des profondeurs de l'âme (vidéo)

DAL PROFONDO DELL'ANIMA - JUNG - (integrale) Ce qui vient après la mort est quelque chose d'une splendeur si indicible que notre imagination et nos sensibilités ne peuvent concevoir même grossièrement ... Tôt ou tard, les morts deviendront un Tout avec nous; mais, dans la réalité d'aujourd'hui, nous savons peu ou rien de cette façon d'être. Que saurons-nous de cette terre après la mort ? La dissolution de notre forme temporaire dans l'éternité n'implique pas une perte de sens: au contraire, nous nous sentirons tous les membres... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 12 janvier 2018

Marie-Louise Von Franz – L’individuation dans les contes de fées

  Entrer en contact avec sa personnalité la plus vaste correspond à en épouser le devenir : on se lie d’amitié avec cette figure intérieure et, à partir de ce moment, on sait qu’on mourra ou qu’on continuera la route ensemble, le destin du moi et celui du Soi étant désormais étroitement entrelacés. C’est ce qui explique que l’on puisse éprouver une telle peur d’être fait prisonnier quand on s’engage dans un processus d’individuation : on sait qu’une fois la relation établie il n’y a plus de fuite possible et que... [Lire la suite]