mercredi 9 janvier 2019

Marie-Louise Von Franz – La femme dans les contes de fées

    Dans le personnage de la méchante fée, la déesse-mère apparaît comme la personnification des sentiments blessés et aigris (le lait maternel devenu aigre). Elle incarne la vanité offensée et la rancœur. Ce trait peut éclairer un domaine qui a beaucoup à faire avec les problèmes des femmes. La source de bien des maux et de bien des difficultés dans une vie de femme vient de ce qu'elle a beaucoup de peine à intégrer et à surmonter les blessures affectives ; les sentiments blessés provoquent à leur tour les attaques... [Lire la suite]

lundi 15 octobre 2018

Marie-Louise Von Franz – L'ombre et le mal dans les contes de fées

Le thème de la belle jeune fille qui est une fée-sorcière, emprisonnant ou tuant ceux qu’elle séduit, revient sans cesse dans les légendes orientales. Dans les pays du Nord, le caractère néfaste de la princesse vient généralement de ce qu’elle est la fille-amante d’un démon – image archaïque de la divinité – dont le héros doit la libérer, ou de ce qu’elle entretient une liaison secrète avec un démon païen des forêts, ce qui en fait une destructrice d’hommes. Dans tous les cas, elle tue ou ensorcelle ses prétendants, ou leur... [Lire la suite]
jeudi 19 juillet 2018

Silvia Di Lorenzo – La femme et son ombre

    Comment pouvons-nous tenter de définir ou au moins de décrire la véritable nature de la femme, le principe féminin dans ses aspects les plus divers et apparemment contradictoires dans toute sa complexité ? Nous avons vu que Neumann parle du développement de la conscience et de la formation du Moi comme processus essentiellement masculins, de séparation de l’inconscient maternel-féminin et d’exclusion et de dévaluation de ses contenus — représentés par l’archétype de la lutte du héros contre le dragon. « L’activité de... [Lire la suite]
lundi 15 janvier 2018

Barbara Hannah - Réalité du monde intérieur

    Dès lors que nous nous rendons vraiment compte que nous avons une ombre et cessons de projeter naïvement toutes nos mauvaises qualités sur nos malchanceux voisins, et dès lors que nous nous apercevons aussi que notre conscience ne constitue qu’un coin minuscule de l’inconnu infiniment plus vaste qui est en nous, nous avons conquis notre petit lopin de terre ferme et nous pouvons commencer à faire la connaissance de notre anima ou animus. D’une part ces figures ont un aspect personnel, si bien que nous pouvons parler... [Lire la suite]
dimanche 14 janvier 2018

Roland Cahen - NDT Dialectique du moi et de l'inconscient

    Plus nos connaissances psychologiques vont en s’élargissant et s’approfondissant, en particulier celles qui concernent le développement psychologique de l’enfant, plus l’influence psychologique de la femme sur l’homme et de la femme sur le fils semble monumentalement écrasante. Nous ne voulons pas ici entrer dans le détail, mais il est certain que tous les progrès que fait la psychologie soulignent – bien loin de l’infirmer – l’importance fondamentale de cette donnée. Et cette donnée prend tout son relief si l’on... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 13 janvier 2018

Marie-Louise Von Franz – Âme et Archétypes

    Le processus d’individuation proprement dit – la confrontation consciente avec l’homme intérieur plus grand ou avec notre propre centre psychique – naît en général d’une blessure ou d’un état de souffrance qui est une sorte « d’appel », bien qu’il ne soit pas souvent reconnu comme tel. Au contraire, le moi se sent frustré dans sa volonté ou son désir et projette la cause de cette frustration sur quelque objet extérieur. Il accusera Dieu, la situation mondiale, le patron ou le conjoint, d’être responsables de tout ce... [Lire la suite]
vendredi 12 janvier 2018

Emma Jung – Animus et Anima

    La nature de l’anima est d’être un miroir pour l’homme, c’est-à-dire de refléter ses pensées, ses désirs et ses émotions. C’est pour cette raison que l’anima prend une aussi grande importance pour l’homme, qu’elle soit une figure intérieure ou une véritable femme réelle : c’est uniquement à travers elle qu’il peut reconnaitre des éléments qui ne sont pas encore conscients en lui. Toutefois, plutôt que de guider l’homme vers une plus grande conscience et une meilleure connaissance de lui-même, cette fonction de... [Lire la suite]
samedi 13 janvier 2018

Esther Harding – Les mystères de la femme

    La plupart des femmes rêvent de petits bras qui se nouent autour de leur cou, de la chaleur et de la douceur d’un corps d’enfant. Le contact intime avec un enfant, corps de son corps, suppose un plaisir physique qui dans son intensité, n’est pas loin du plaisir érotique, encore que d’une nature différente. Ce désir n’est pas un véritable amour ; une fois de plus, l’objet est aimé pour la satisfaction qu’il apporte. En faisant le sacrifice de ses désirs sexuels, la femme n’est pas pour autant délivrée de ses exigences... [Lire la suite]
vendredi 12 janvier 2018

Emma Jung – Animus et Anima

    L’animus a une manière très particulière de se manifester, non pas en tant que personnage, mais plutôt sous la forme de parole (le logos signifie aussi la parole), de voix qui commente toutes les situations dans lesquelles nous pouvons nous trouver, ou qui nous dicte des règles de comportement. C’est souvent sous cette forme que l’animus commence à être perçu comme une entité distincte du moi, bien avant qu’il ne se cristallise sous les traits d’un personnage. D’après mes observations, cette voix s’exprime surtout... [Lire la suite]