vendredi 28 décembre 2018

Marie-Louise Von Franz – Les mythes de création

    Toute hypothèse scientifique est un instrument qui sert à élargir le champ de la conscience, mais qui, au bout d’un certain temps, en limite l’évolution future. La notion d’espace tridimensionnel, par exemple, a très efficacement servi les débuts de la mécanique et de la géométrie. L’hypothèse était que l’espace avait trois dimensions, tout devait donc être construit géométriquement selon ces trois dimensions. Cette hypothèse fournissait un modèle, une grille, pourrait-on dire, extrêmement utile, permettant de... [Lire la suite]

dimanche 23 septembre 2018

Anthony Stevens – Jung, l’œuvre-vie

Jung était bien placé pour savoir que la douloureuse crise personnelle qu’il allait affronter au milieu de sa vie n’avait, en un sens, rien d’exceptionnel. D’innombrables individus ont fait cette expérience. C’est entre trente-cinq et quarante-cinq ans que le nombre des suicides, des dépressions et des divorces croît le plus vite : c’est l’heure du doute existentiel et du questionnement intérieur : qu’ai-je réalisé ? Pourquoi suis-je ici ? Que vais-je faire du reste de ma vie ? Que me reste-t-il à... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 31 janvier 2018

Monique Salzmann – La peur du féminin (L'individuation)

    Nous savons que Jung a postulé l’existence, chez l’être humain, d’un instinct psychique d’individuation. C’est, au plan psychique, l’équivalent de ce que, au plan physiologique, fait que l’œuf fécondé va se diviser et se différencier pour donner un bébé humain avec une peau, des os, du sang, un système nerveux. Tout cela était déjà à l’état potentiel dans l’œuf  fécondé. C’est la réalisation du programme génétique propre à l’espèce humaine qui fait que cet œuf fécondé ne deviendra pas une pomme ou une vache,... [Lire la suite]
vendredi 12 janvier 2018

Emma Jung – Animus et Anima

    L’animus a une manière très particulière de se manifester, non pas en tant que personnage, mais plutôt sous la forme de parole (le logos signifie aussi la parole), de voix qui commente toutes les situations dans lesquelles nous pouvons nous trouver, ou qui nous dicte des règles de comportement. C’est souvent sous cette forme que l’animus commence à être perçu comme une entité distincte du moi, bien avant qu’il ne se cristallise sous les traits d’un personnage. D’après mes observations, cette voix s’exprime surtout... [Lire la suite]