dimanche 21 avril 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    On sait par expérience que l’homme dont la seule référence est l’extériorité ne se contente jamais de ce qui est simplement nécessaire ; il tend toujours plus loin davantage vers le meilleur, qu’il cherche, restant fidèle à son préjugé ; toujours à l’extérieur. Il oublie complètement que lui-même, en dépit de tout succès extérieur, reste intérieurement toujours le même ; c’est pourquoi il déplore toujours sa pauvreté quand il ne possède qu’une automobile au lieu d’en avoir deux comme la plupart des... [Lire la suite]

mercredi 20 mars 2019

James Hillman - La Trahison et autres essais

    Lorsque l’inconscient collectif au sein d’une existence individuelle est représenté principalement par les figures parentales, les attitudes et les impulsions du puer seront marquées par le petit garçon à sa maman ou le fils du papa, par l’adolescence éternelle de la vie provisoire. Le premier plan névrotique obscurcit alors l’arrière-plan archétypique. Nous supposons que l’adolescence négative et ingrate ainsi que l’absence de progrès et de réalité relèvent tous d’un problème du puer, mais ce sont les aspects... [Lire la suite]
mercredi 20 mars 2019

James Hillman - La Trahison et autres essais

  De la même façon que nous pouvons illuminer la psychologie au moyen de la mythologie, nous pouvons apporter des preuves à la mythologie grâce à la psychopathologie. Le double mouvement qui se produit entre la mythologie et la pathologie constitue le fondement de notre travail archétypique. De même que les mythes situent nos pathologies dans un cadre plus vaste avec un arrière-plan plus profond, loin des interprétations réductrices du personnalisme ou des explications littérales, de même les pathologies sont le moyen par... [Lire la suite]
jeudi 25 octobre 2018

C.G. Jung – Psychologie du transfert

Un archétype représente un événement typique. Comme nous l’avons vu, il se produit dans la conjonction une union de deux figures, dont l’une représente le principe du jour, le conscient lumineux, et l’autre une lumière nocturne, c’est-à-dire l’inconscient. Ce dernier est toujours projeté, car il ne peut être observé directement, puisque, contrairement à l’ombre, il n’appartient pas au moi, mais il est collectif. Pour cette raison, on le ressent comme étranger et on le suppose en la possession de l’être humain avec qui existe un... [Lire la suite]
dimanche 9 septembre 2018

C.G. Jung – Ma vie

    On ne peut pas séparer de l’idée d’une réincarnation l’idée du karma. La question décisive est de savoir si le karma d’un être humain est ou non personnel. Si la destinée préétablie avec laquelle un être humain entre dans la vie est le résultat des actions et des accomplissements des vies antérieures, il existe une continuité personnelle. Dans l’autre cas, un karma se trouve en quelque sorte saisi lors de la naissance, il s’incorpore à nouveau sans qu’il y ait une continuité personnelle. Par deux fois ses disciples... [Lire la suite]
samedi 26 mai 2018

Marie-Louise Von Franz – Les reflets de l’âme

  Cependant, ce n’est pas seulement la relation de l’homme et de la femme qui est impliquée dans cette unification par le Soi, mais de nombreuses autres relations avec nos semblables. La secte gnostique des Pérates enseignait déjà que « chaque créature choisit ce qui correspond à son caractère propre » dans la substance divine primordiale du monde, de « l’eau qui forme l’homme complet spirituel » c’est-à-dire de l’inconscient et de sa poussée vers l’individuation.  Ce qui appartient en propre à... [Lire la suite]

dimanche 20 mai 2018

Marie-Louise Von Franz – Psychothérapie, l'expérience du praticien

    Et lorsque deux personnes sont en relation l'une avec l'autre, toutes deux engagées sur la voie mutuelle du processus d'individuation, le thème de la conjonction du couple transpersonnel se constelle. Dans la citation de la lettre de Jung donnée plus haut, il est souligné que dans le hiéros gamos, les noces sacrées, ce ne sont pas deux ego qui se font face, mais chacun de ceux dont nous touchons le cœur. Ce surprenant aspect de multiplicité est malaisé à saisir. Tout se passe comme si, dans « l'au-delà », il n'y... [Lire la suite]
samedi 14 avril 2018

C.G. Jung – Le Livre Rouge

  La vision des flots diluviens que j’eus en octobre de l’année 1913 coïncida avec une époque qui fut pour moi d’importance en tant qu’être humain. J’étais alors dans ma quarantième année et avais obtenu tout ce que j’avais souhaité. J’avais obtenu célébrité, puissance, richesse, savoir et tous les bonheurs humains. C’est alors que mon désir de voir ces biens se multiplier s’arrêta net ; ce souhait fut relégué au second plan et l’horreur m’envahit. La vision des flots diluviens s’empara de moi et je sentis l’esprit des... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 31 mars 2018

Marie-Louise Von Franz – L’individuation dans les contes de fées

    En physique, plus des particules de même charge s’approchent l’une de l’autre, plus s’accroît la force de répulsion, jusqu’à ce que, ayant dépassé une certaine limite, elles fusionnent. Psychologiquement, l’approche de la part inconsciente de la personnalité et de ce noyau intérieur qu’est le Soi produit souvent des effets semblables, c’est-à-dire une réaction simultanée d’attraction et de terreur : on veut et on ne veut pas l’atteindre, on est repoussé à l’extrême sans être capable de s’en éloigner ni... [Lire la suite]
dimanche 18 février 2018

Augusto Romano - La nostalgie des origines

  Le travail d’intégration des contraires, dans lequel réside la dialectique conscient-inconscient, peut s’enrayer de diverses manières. Je voudrais illustrer pour vous un cas particulier de grippage, dont le résultat est appelé puer aeternus, l’éternel enfant. D’un point de vue descriptif, cette manière d’être que nous appelons Puer se manifeste comme constante instabilité, quête incessante et jamais satisfaite dont l’objet toujours s’éloigne ; comme attraction pour la nouveauté et pour l’univers des possibles, à... [Lire la suite]