dimanche 27 janvier 2019

C.G. Jung – Correspondance 1958-1961

    Au Dr J.A.F. Swoboda, « Wallcare », Londres 23 janvier 1960 Cher Docteur, La tuberculose, déjà très tôt, dès le temps de mes expériences d’associations, m’a intéressé comme maladie qui pourrait être psychique, car j’avais observé que les réactions conditionnées par un complexe produisent une réduction du volume respiratoire qui peut durer assez longtemps. Cette inhibition cause une ventilation insuffisante de l’extrémité des poumons et peut éventuellement provoquer une infection. La respiration... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 22 décembre 2018

C.G. Jung – Ma vie

    Certes, on est convaincu que nous sommes à un tournant important des âges, mais on pense que ce tournant est suscité par la fission ou la fusion de l’atome, ou par les fusées interplanétaires. On demeure aveugle, comme d’habitude, à ce qui, en même temps, se déroule dans l’âme humaine. Dans la mesure où l’image de Dieu est, psychologiquement parlant, une illustration et une manifestation des tréfonds de l’âme, et dans la mesure où celle-ci commence à devenir consciente sous forme d’une profonde dissociation qui... [Lire la suite]
dimanche 9 décembre 2018

C.G. Jung – Ma vie

  Dans la Dialectique du Moi et de l’inconscient j’avais seulement constaté qu’on se réfère à l’inconscient et comment on le fait, ce qui n’exprimait encore rien sur l’inconscient lui-même. En m’occupant assidûment de mes imaginations, ces recherches me firent pressentir que l’inconscient se transforme ou suscite des métamorphoses. Ce n’est qu’en découvrant l’alchimie que je discernai clairement que l’inconscient est un processus et que les rapports du moi à l’égard de l’inconscient et de ses contenus déclenchent une... [Lire la suite]
jeudi 25 octobre 2018

C.G. Jung – Psychologie du transfert

Un archétype représente un événement typique. Comme nous l’avons vu, il se produit dans la conjonction une union de deux figures, dont l’une représente le principe du jour, le conscient lumineux, et l’autre une lumière nocturne, c’est-à-dire l’inconscient. Ce dernier est toujours projeté, car il ne peut être observé directement, puisque, contrairement à l’ombre, il n’appartient pas au moi, mais il est collectif. Pour cette raison, on le ressent comme étranger et on le suppose en la possession de l’être humain avec qui existe un... [Lire la suite]
dimanche 7 octobre 2018

C.G. Jung – L’homme à la découverte de son âme

  L’archétype est aussi une manière de complexe ; mais à l’opposé de ceux que nous avons étudiés jusqu’ici, il n’est plus le fruit de l’expérience personnelle ; c’est un complexe inné. L’archétype est un centre chargé d’énergie. Le dragon, par exemple, constitue une de ces images originelles archétypiques. Si, au cours de mon existence, je ne rencontre pas le dragon qui est en moi, si je mène une existence qui reste dénuée de cette confrontation, je finirai par me sentir mal à mon aise, un peu comme si je me... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 19:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 6 avril 2018

Barbara Hannah – Rencontres avec l’Âme

    Le lecteur peut trouver dans Ma vie, au chapitre sur la confrontation avec l’inconscient, les étapes – souvent sombres et dangereuses – par lesquelles Jung trouve son propre chemin, très empirique, de l’imagination active. Il lui fallut pour cela bien des années, car il ne se satisfaisait pas d’apprendre à voir les images de l’inconscient ou même à se confronter activement avec elles dans ses fantaisies. Il ne se sentit vraiment à l’aise que lorsqu’il arriva à l’étape la plus importante de toutes : trouver... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 8 mars 2018

Silvia Di Lorenzo – La femme et son ombre

  Pour mieux éclairer les dynamiques entre le Moi et l'Animus, il faut parler ici du Moi féminin et de sa formation. D'après Neumann, le petit garçon, « à partir d'un certain moment décisif de son développement, ressent sa mère comme un Toi étranger et différent, alors que la petite fille la vit comme un Toi même et non différent ». « Le petit garçon fait l'expérience de l'opposition du masculin et du féminin dans cette relation primaire avec sa mère, qu'il doit refuser s'il veut atteindre son individualité et son identité... [Lire la suite]