jeudi 22 août 2019

C.G. Jung – Correspondance 1906 -1940

    A Johanna Michaelis, Berlin-Charlottenburg Le 20 janvier 1939   Madame, Il n’est pas facile de répondre à vos questions. Vous avez tout à fait le droit de supposer comme vous le faites que la psychologie égyptienne est fondamentalement différente de la nôtre. A cette époque, la problématique était en effet tout autre. D’un côté régnait une vague inconscience impersonnelle et de l’autre, une conscience révélée ou une conscience d’inspiration personnelle, donc directement issue des dieux et personnifiée dans... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 16 août 2019

Pierre Daco - Psychologie et liberté intérieure

    Une quantité considérable de personnes souffrent aujourd’hui de comportements dits « dépressifs » ; la dépression les effleure sans se déclarer. Mais parfois, on plonge. La tension entre ce qu’on est profondément et ce qu’on est obligé de paraitre se réduit brutalement. L’organisme fait jouer les vannes de sécurité. Au lieu d’exploser, le condensateur surchargé s’effondre. On s’abîme alors dans la dépression comme certains s’abîment dans la passion de l’amour. N’y aurait-il pas là un rapport... [Lire la suite]
lundi 17 juin 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    Comme réalité vécue, il ne peut y avoir rien de plus simple et de plus minime que précisément le tout. Ce que cela signifie en psychologie, on peut s’en rendre compte par la simple réflexion que la conscience n’est jamais qu’une partie de la vie de l’âme et par suite, n’est jamais capable de totalité psychique ; il faut en plus l’étendue indéterminée de l’inconscient. Mais ce dernier ne saurait être capté ni par d’habiles formules, ni au moyen de préceptes scientifiques, car en lui est une partie du... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 1 juin 2019

C.G. Jung – Correspondance 1958-1961

    Lettre de C.G. Jung à Günter Wittwer (1) Le 10 octobre 1959 Cher Monsieur, Votre question est légitime : qui se tient vraiment derrière les livres que j’ai écrits ? Mais il est bien plus difficile d’y répondre que vous ne le pensez. Pour pouvoir vous répondre de façon satisfaisante, il me faudrait en effet bien me connaitre moi-même, dresser à votre intention le portrait correspondant, et pour finir vous prouver que tout ceci n’est pas que pur verbiage. Même si vous limitez votre question à ce qu’il en... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 11 mai 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    Je considère que c'est le devoir de tous ceux qui, solitaires, vont leur propre chemin, de faire part à la société de ce qu'ils ont découvert au cours de leur voyage d'exploration, que ce soit une fontaine fraîche pour ceux que tourmente la soif, ou que ce soit le désert stérile de l'erreur. Dans la première éventualité, on aide son prochain, dans la seconde on l'avertit. D’ailleurs ce n’est pas la critique d’une poignée de contemporains qui décidera de la vérité ou de l’erreur des choses nouvellement... [Lire la suite]
mercredi 8 mai 2019

Marie-Louise Von Franz – interview par Rolande Biès

    Interview de Marie Louise von Franz, réalisée par Rolande Biès en 1978. Rolande Biès - Marie-Louise von Franz, comment vous situez-vous par rapport à Jung ? Marie-Louise von Franz - J’ai commencé à dix-huit ans par une analyse avec lui et je l’ai aidé à traduire les textes latins et grecs de l’Alchimie. C’est ainsi que j’ai assisté à la naissance de ses pensées après sa soixantième année. Je suis devenue son élève. Je lui dois tout. R.B. - D’où vient votre intérêt pour les contes de fées ? Quel est leur... [Lire la suite]

samedi 4 mai 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    L’ombre est un col resserré, une porte étroite, à l’étranglement pénible de laquelle nul n’échappe qui descend dans le puits profond. Il faut apprendre à se connaitre soi-même afin de savoir qui l’on est. Car, et c’est inattendu, ce qui vient après la porte est d’une ampleur illimitée, plein d’imprécisions inouïes, semble n’avoir ni intérieur, ni extérieur, ni haut, ni bas, ni ici, ni là, ni tien, ni mien, ni bien, ni mal. C’est le monde de l’eau où tout ce qui vit est en suspension, où commence le royaume du... [Lire la suite]
samedi 13 avril 2019

C.G. Jung – L'âme et la mort

    Le sol nourricier de l’âme, c’est la vie naturelle. Celui qui n’en tient pas compte reste en suspens et se fige. C’est pourquoi tant d’hommes d’âge mûr deviennent rigides ; ils regardent en arrière et s’accrochent au passé avec, dans le cœur, une secrète angoisse de mourir. Ils se dérobent au processus de la vie, du moins psychologiquement, semblables à des statues de sel du souvenir, se rappelant vivement le temps de leur jeunesse, sans pouvoir établir quelque relation vivante avec le présent. A partir du... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 18:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 29 mars 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    Pour une certaine médiocrité intellectuelle, caractérisée par un rationalisme éclairé, une théorie scientifique qui simplifie les faits constitue un excellent moyen de défense, à cause de la foi inébranlable que l’homme moderne accorde à tout ce qui porte l’étiquette scientifique. Une telle étiquette tranquillise les esprits à l’égal – ou presque – de la fameuse maxime : Roma locuta, causa finita (Rome a parlé, le débat est tranchée, le débat est clos). Dans le domaine de la psychologie, les théories sont... [Lire la suite]
Posté par Phalaenop à 19:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 mars 2019

C.G. Jung – L'Âme et la vie

    C’est une grosse erreur de croire que l’âme de l’enfant nouveau-né est une tabula rasa, comme s’il n’y avait absolument rien en elle. Puisque l’enfant vient au monde avec un cerveau différencié, prédéterminé par hérédité et par conséquent individualisé, il oppose aux impressions sensibles venant du dehors non pas des dispositions quelconques, mais des dispositions spécifiques et cela conditionne sans plus un choix individuel et des formes de l’aperception. On peut prouver que ces dispositions sont des instincts... [Lire la suite]