route-notherienne

On observe fréquemment un conflit chez les personnes chez qui se manifestent des poussées créatrices, entre leurs idées ou imaginations nouvelles et les forces d’inertie que sont la paresse, l’habitude, le confort à s’en tenir à la tradition et aux valeurs déjà existantes. Il faut du courage et de la détermination pour capter les idées créatrices et les amener au conscient, car leur donner forme est souvent un dur labeur. Un travail créateur est toujours une « minute de vérité » qui nous met face à nous-mêmes, c’est une épreuve où nous pouvons soit réussir, soit échouer, ce qui effraye. Et puis, cet acte individuel par excellence nous fait sortir en quelque sorte de la collectivité, ce que notre instinct grégaire accepte mal. Celui qui assume son destin personnel – acte qui est déjà, en soi, une création – doit affronter la peur de ne plus se sentir tout à fait comme les autres et le risque d’être repoussé par son groupe ou sa tribu. C’est pourquoi c’est une tâche de héros.

 

Marie-Louise Von Franz – L’ombre et le mal dans les contes de fées (Editions du Dauphin)